Modélisation 3D Participative

Utiliser les sens pour donner du sens aux idées

Panorama

La Modélisation 3D participative représente les concepts familiers en utilisant des objets physiques, afin de trouver de nouvelles façons d’identifier les modèles, les points de douleurs, des perspectives différentes et des espaces d’innovation. L’exercice favorise la communication et le transfert des connaissances, il forme une image complète du complexe. Le modèle ou bien le diagramme peuvent être aussi simple que d’un modèle d’espace géographique, ou nous pouvant utiliser la métaphore de l’espace physique pour montrer les flux d’information et les interactions entre les composants d’un système. La méthode à l’origine aide à capturer l’information géographique des collectivités locales dans les zones sensibles, telles que les parcs protégés ou les ressources naturelles Il s’agit d’une approche innovante et auto-habilitante de l’apprentissage qui peut être diffusée par les participants dans leurs organisations respectives une fois qu’ils ont repris le travail Il ne convient pas lorsque l’ordre du jour comprend des points spécifiques qu’il faut aborder, ou lorsque les participants ne sont pas préalablement familiarisés avec le sujet central

Quand l'utiliser

  • Facilite la communication collaborative et le transfert de connaissances intergénérationnel.
    Elle illustre les connaissances et les idées afin de constituer une représentation globale d’images complexes.
  • Réunir des données spatiales en consultant les groupes autochtones ou marginalisés de manière à construire un rapport avec ces communautés basé sur le respect et l’élaboration d’initiatives de développement favorisant l’intégration.
  • Faciliter la participation dans des domaines tels que l’analyse de problèmes, la prise de décisions et la planification collaborative.
  • Préparer des exercices de développement organisationnels’occupant de restructuration, décentralisation, externalisation et planification stratégique.

Comment l'appliquer

Temps/mesures
  • La cartographie participative traditionnelle en 3D exige des connaissances géographiques spécialisées pour créer une échelle et guider la construction d’une maquette vierge en 3D.
  • Prévoir suffisamment de temps pour la préparation. L’exercice en lui-même prend de deux heures à deux semaines.
  • Communiquer les objectifs de l’exercice aux participants et permettez-leur de faire connaissance les uns avec les autres afin de créer une ambiance de travail caractérisée par le respect et la collaboration.
  • Fournir peinture, punaises et fils. Demander aux participants d’établir plusieurs caractéristiques ou repères appartenant à un système commun en accord avec leurs connaissances.
  • Utiliser des punaises et fils de différentes couleurs pour représenter des différences de niveaux sur la maquette telles que des zones ou des perceptions appartenant à un groupe.
  • Encourager les participants à discuter de leurs perceptions divergentes et à collaborer pour trouver une solution.
  • Lorsque la maquette est achevée, organiser un débat compte-rendu de l’exercice.
  • Penser à préparer un rapport qui sera publié en ligne pour d’éventuelles consultations ultérieures contenant la carte en elle-même ainsi que les principales réflexions issues de l’exercice.
  • Confier la maquette aux membres de la communauté ayant contribué à sa création.

Comment l'adapter

  • Se référer aux instructions données ci-dessous pour utiliser les jeux de construction afin de développer des dynamiques de communication dans un ou deux sens et des méthodes de communication effective.
  • Élaborer un tableau de rendement (voir le modèle ci-dessous).
  • Diviser les participants en équipes de six, chacune disposant d’une table.
  • Expliquer qu’ils sont en compétition les uns avec les autres pour réaliser une structure composée d’éléments de jeux de construction. Trois tâches différentes seront accomplies dans chaque équipe par deux de ses membres. L’équipe gagnante sera celle ayant effectuée ces trois tâches de la façon la plus précise et le plus rapidement possible.
  • Les membres de l’équipe chargés des tâches numéros deux et trois doivent quitter la salle.
  • Ceux qui restent doivent s’asseoir l’un en face de l’autre, un plateau en carton étant placé au centre. L’un deux transmet les informations et l’autre les reçoit.
  • Distribuer à chaque communicateur un modèle de structurede construction, celui-ci devant décrire la structure à son partenaire qui est alors chargé de la construire. Chaque groupe doit construire la même structure.
  • Expliquer que la communication doit seulement aller dans un sens. Le destinataire n’a pas le droit de parler ou de faire de geste et le communicateur ne peut observer ce que son partenaire est en train de faire.
  • Chronométrer l’exercice et prendre note de tout qui semblera opportun concernant les méthodes utilisées. Lorsque les équipes ont fini, indiquer dans le tableau le temps qu’elles y ont employé et la précision du résultat. La durée maximum autorisée pour chaque équipe est de cinq minutes.
  • Reprendre les modèles et démonte les structures.
  • Faire entrer deux personnes de chaque équipe pour la deuxième tâche. Recommencer l’exercice en autorisant la communication dans les deux sens. Le communicateur n’est cependant pas autorisé à voir la structure.
  • Les deux autres membres de l’équipe peuvent assister au déroulement de l’exercice. À la fin du temps imparti, les deux membres restants entrent dans la salle.
  • Répéter l’exercice avec eux en leur permettant de se parler. Le communicateur peut aussi observer la construction de la structure et même dessiner sur un carnet, qui lui est remis au début de l’exercice, afin de transmettre ces informations à son partenaire.
  • Les destinataires des trois exercices ne doivent pas voir le modèle de structure à construire.
  • Les participants aux deux premiers exercices peuvent assister au déroulement du troisième.
  • Calculer la durée et précision de chaque équipe. Dans la plupart des cas le troisième exercice est celui qui est réalisé avec le plus de précision, suivi du deuxième, le premier étant le moins précis. Si ce n’est pas le cas, indiquer les raisons qui ont provoqué ce phénomène.
  • En utilisant les notes et les questions suggérées, diriger la discussion.
  • Si nécessaire, recommencer l’exercice avec de nouveaux modèles.

Example of table.

Trucs et astuces

  • Faire très attention aux dynamiques de groupe pour être sûr que toutes les connaissances soient transmises de la même façon dans la visualisation.
  • Demander aux équipes d’utiliser des outils visuels lors du compte-rendu: des images accompagnant l’article initial, des schémas sur le tableau de conférence ou des mots-clés utilisés comme notes lors des prises de parole.
  • Des références à échelle permettent de visualiser rapidement les proportions d’un modèle spatial.
  • Il peut être utile que les participants aient des compétences différentes s’ils sont en rapport avec ce domaine particulier.
  • Des repères visuels et des images existantes peuvent stimuler et diriger les participants vers les objectifs d’apprentissage (s’ils ont été clairement différenciés de la simple acquisition de connaissance).

Ressources

Leave a Reply

avatar
Photo and Image Files
 
 
 
Audio and Video Files
 
 
 
Other File Types
 
 
 
  S’abonner  
Me notifier des